Le livre numérique : danger ou aubaine ?

Un article co-écrit avec mon collègue Fabrizio Tribuzio pour Apocryphos.

Apocryphos

Bibliothèque nationale tchèque à Prague Bibliothèque nationale tchèque à Prague

Depuis la fin des années 1990, l’OMC a pris en main la problématique épineuse des droits d’auteur, notamment avec l’émergence de la bulle internet, laquelle entrainé la création d’une nouvelle forme de support : le support numérique, appelé à coexister avec – ou à dévorer ? –  le papier, support sacralisé qui se voit remis en cause.  Pour paraphraser la marionnette d’un célèbre entrepreneur américain, on aurait pu dire que « ceci est une révolution », d’autant que depuis le tout début de la démocratisation de la littérature par l’émergence de l’imprimerie, dont l’un des chantres fut Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg, la littérature est devenue un marché florissant dont on peut se demander si l’industrialisation n’a pas mis de côté la qualité littéraire, surtout quand on sait que la production littéraire a été multipliée par 66 en à peine trois…

View original post 2 226 mots de plus

Monsieur Rottner, ne tombez pas dans le piège tendu par l’abstention !

Sans titre 4

C’est une triangulaire attendue qui est sortie du scrutin de ce dimanche. Un nouveau trio sera en lisse pour remporter la mairie de la cité du Bollwerk : UMP – PS – FN. Un tableau inchangé par rapport à 2008 qui a vu Jean-Marie Bockel accorder les clefs de la ville à une droite qui n’y était pas parvenue depuis 20 ans, lorsque l’auteur des très récentes « trajectoires plurielles » l’avait arraché à l’UDF Joseph Klifa, initiateur du technopôle de la mer Rouge.

Ce qui est plus surprenant, en revanche, ici vient du résultat spectaculaire du maire sortant, dont nombreux soulignaient le manque de légitimité démocratique. Voilà chose faite, même si d’aucuns oublient un peu vite que les électeurs lambda n’élisent que les conseillers et non le maire.

 

Des résultats plus qu’encourageants

 

42%, c’est le score du candidat-maire, augmentant de 2 points le score de la droite depuis 2008 et devançant son adversaire socialiste de plus de 10 points, lequel perd 6 points (score cumulé avec celui d’EELV en 2008).

Le RBM, porté par Martine Binder, fait gagner 5 points à la droite nationale (scores cumulés du FN et du MPF en 2008).

De son côté, l’extrême gauche plafonne à un score similaire à celui de 2008 : 4,6% pour les communistes et les trotskistes.

Ce qui est le plus inquiétant, en revanche, c’est ici l’abstention, qui gagne 4 points pour monter à plus de 53% des inscrits, et s’il y a un danger pour ce second tour, c’est bien celui-ci.

 

Le véritable danger, ce n’est pas le FN, mais l’abstention

 

Si tous les regards se portent naturellement sur le score du FN, faisant de ce dernier un arbitre incontournable qui risque de faire gagner la gauche, cela ne doit pas finir en obsession, car rester fixer sur le FN pourrait bien être plus dangereux que prudent.

En effet, Mulhouse est une ville qui, depuis plus de 50 ans, a prouvé qu’elle n’était pas gouvernable ni trop à droite ni trop à gauche. Mulhouse est une ville qui se dirige au centre. Pour preuve, se sont ici succédé UDF-PSD (centre), PS tendance blairiste (LGM) et un UMP issu de l’UDF.

Je tiens tout de suite à le préciser : je suis de ceux qui, à l’UMP, pensent que la campagne de Nicolas Sarkozy de 2012 était une bonne campagne sur la fin. Elle a permis d’éviter une déroute dramatique pour notre famille politique, et en témoigne l’évolution des sondages qui vont tous dans le sens de la ligne Buisson. Cependant, gagner la présidentielle n’est pas gagner la municipale mulhousienne. Les enjeux ne sont pas les mêmes, donc il est loin du réac’ que je suis de dire que faire une campagne bien à droite est une erreur en temps normaux. Force est toutefois de constater que Mulhouse est électoralement une terre centriste. Quiconque veut l’emporter doit parler un langage de démocrate chrétien, comme l’Alsace en a longtemps connu (CDS en tête). C’est une question de pragmatisme politique : si la droite veut rester au pouvoir à Mulhouse, elle doit jouer au centre.

 

Cela est d’autant plus difficile que la gauche, comme à son habitude, va tenter de jouer la montée du FN en favorisant les sujets porteurs, tout en déplorant par la suite la « montée du (prétendu) danger brun ».

Cependant, et c’est un des enseignements majeurs de ce premier tour : nombreuses sont les voix FN qui viennent de la gauche. C’est arithmétique compte tenu du différentiel de voix entre 2008 et 2014, et cela s’est confirmé hier dans une grande partie des villes de France, où le FN devance le PS. Le FN pompe aujourd’hui davantage à gauche qu’à droite. Ce n’est pas une nouveauté, mais le PS se prend le retour de bâton. En témoigne la montée concordante de la droite et du FN lors du scrutin de dimanche, au détriment de la gauche. Vouloir attirer les voix frontistes risque donc d’être fortement improductif face au danger que constituerait la perte l’électorat centriste.

Les voix FN peuvent être bénéfiques, et il faut naturellement rappeler à ses électeurs la réalité des choses : un candidat UMP sera toujours moins pire qu’un candidat PS, et quoiqu’on en dise, ce sera un des deux qui sortira dimanche.

 

Le danger n’est donc de loin pas dans le FN, mais bien l’abstention.

Comme dit plus tôt, l’abstention a pris 4 points en 6 ans. L’abstention est une forêt dense : on ne sait pas ce qui s’y cache. On ne peut que supputer.

Avec ses 42%, le maire sortant a enclenché une dynamique, mais l’absence de réserves visibles du fait du maintien du FN ne permet qu’une chose : se concentrer sur l’abstention, laquelle pourrait très bien se réveiller négativement dans le cas où elle sent une campagne trop marquée par les thématiques frontistes.

Faut-il parler à son chat comme à un attardé ?

Ce matin, comme la plupart des jour de la semaine, j’ai fais sortir mes chats de la pièce où ils passent habituellement la nuit. L’histoire aurait pu s’arrêter là si je n’avais pas remarqué quelque chose en ouvrant la porte à mes deux chats …

1620695_356507677825363_208588397_n

Oui c’est de vous que je parle.

… je n’ai pu m’empêcher de m’écouter leur parler.

« Choucky, Chaussette ! Hop hop hop ! C’est l’heure de mamam !« 

Si j’étais un chat capable de comprendre le Français, je me dirais légitimement que mon maître me prend pour un con.

Avouez que vous êtes pareil :). Mais est-ce vraiment légitime ?

  1. Votre chat est un animal exceptionnel doté d’une intelligence supérieure …

Il lit plus vite que vous (mais il ne le sait pas).

NON - Votre chat lit plus vite que vous (mais il ne le sait pas)

Source photo : Lifesblood

Il est un redoutable stratège financier.

NON - Votre chat est un redoutable stratège financier

Source photo : Buzzfeed

Know your enemy.

NON - Know your enemy

Source photo : cats-beingdicks

Il est maître dans l’art du camouflage.

NON - Il est maître dans l'art du camouflage

Source photo : LaughsTwice

Il vous met la misère au ping-pong.

NON - Il vous met la misère au ping pong

Source photo : cat.freedom-radd

Il se fout régulièrement de votre gueule.

NON - Il nous prend pour des cons

Source photo : cats-beingdicks

Votre chat sait chercher lorsqu’il a faim.

NON - Quand il a faim, il cherche

Source photo : cats-beingdicks

Il amadoue longuement sa nourriture.

NON - Il amadoue longueur sa nourriture.

Source photo : unrequitedxx

Il a tout compris.

NON - Il a tout compris

Source photo : cats-beingdicks

  1. … Mais les apparences sont trompeuses 

Il n’est pas foutu de vous apporter vos médocs.

OUI - Pas foutu de porter les médocs

Source photo : cats-beingdicks

Il ne connait pas la valeur des choses. Putain C’EST UN ORDINATEUR A TROIS CENTS BALLES PAUVRE CON !!!

OUI - Il ne connait pas la valeur des choses, sauf la sienne

Source photo : cats-beingdicks

Il regarde les dessins animés, ce ringard !

OUI - Il regarde des dessins animés, le ringard !

Source photo : lifesblood

Iîi sÔoönt trOôp swAàâg !!!

OUI - Ils sont swag !!

Source photo : Buzzfeed