Agenda de rentrée

La rentrée arrive à grand pas et je vous annonce tout de suite que celle-ci sera mouvementée. Notez dès maintenant dans vos agendas que le weekend des 13 et 14 septembre 2014 sera probablement le seul événement littéraire que je ferais de l’année, M1 oblige.

Samedi 13 septembre, je serais à la seconde édition du salon « À la fantaisie de nos plumes » de Kembs pour une dédicace du « Choix de l’Echelle » et ce de 10 heures à 17 heures.

Le lendemain, dimanche 14 septembre, vous pourrez me retrouver à la bibliothèque de Bantzenheim de 10 heures à 16 heures, toujours pour une dédicace de mon premier roman.

En espérant vous y retrouver nombreux et nombreuses !

Hook s’est éteint

Robin_Williams_Happy_Feet_Premiere_2006

« Hook », « Flubber », « Le cercle des poètes disparus », « Good Morning Vietnam » ou encore « Madame Doubtfire », je ne pouvais pas passer à coté de ce drame qui nous est tombé comme un coup de massue cette nuit.
Ceux qui ont grandit dans les années 1990 viennent de perdre un acteur qui a bercé toute une génération, et j’en fais partie.

Né en 1990, j’ai été élevé en voyant les films de cet acteur bon enfant à qui on doit de nombreux rôles à la fois farfelus et dramatiques.
Je l’avais découvert dans Hook, ce remake du conte de Peter Pan, avec un Denis Hoffmann en Capitaine Crochet plus vrai que nature.

Hollywood et plus globalement le monde du cinéma a perdu un acteur geek, icône d’une génération qui en connaîtra l’apogée. Il fût, ici, un précurseur. Celui qui a appelé, en guise d’hommage, sa fille Zelda (à qui vont, ainsi qu’au reste de sa famille, toutes nos condoléances) et grand fan de WarHammer aura tenu jusqu’au bout son personnage.

Il s’est éteint à quelques mois du tournage attendu d’une suite de Madame Doubtfire, depuis quelques mois victime d’une profonde dépression qui, semble t-il, l’a amené à l’irréparable.

Le film qui lui correspondra le mieux restera Hook : l’histoire d’un adulte qui n’a jamais perdu son âme d’enfant obligé de revenir dans le monde de l’insouciance pour combattre ses démons.

Chapeau l’artiste.